Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

1-6-Entretenir ou créer des lisières urbaines à la rencontre entre l’urbanisation et les espaces agricoles, forestiers ou naturels
Enregistrer au format PDF

Eléments de contexte

Rappel des fondements des paysages naturels et bâtis
- Les coteaux, des éléments majeurs du paysage
- Des silhouettes de villages qui agrémentent les paysages
- Des sites bâtis valorisants

Rappel des processus de transformation des paysages
- La colonisation des coteaux par l’urbanisation, notamment dans les vallées de la Moselle et de la Meurthe
- Le « durcissement » des relations ville/campagne
- La fragilisation des ceintures vertes autour des villages

Objectifs visés

- Constituer des espaces de transitions entre les villes et les villages et les étendues cultivées, économiquement acceptables et offrant des usages aux habitants
- Améliorer la protection des espaces agricoles : constituer des limites tangibles pour maîtriser la consommation des terres par l’urbanisation, constituer des espaces tampons permettant de mieux gérer la fréquentation du public et de protéger les cultures, constituer des espaces tampons
- Matérialiser des limites durables et appropriables pour les habitants
- Offrir des espaces libres attractifs en accompagnement de la densification
- Améliorer le paysage   urbain des limites et entrées de villes et mettre en scène la transition entre espaces bâtis et cultivés
- Offrir des espaces pour des implantations intégrées d’équipements agricoles, hydrauliques ou urbains à l’interface des deux milieux
- Contribuer à préserver la biodiversité  
- Intégrer ces zones refuges dans la trame verte et bleue  

Valeurs paysagères particulièrement concernées

2- La diversité contrastée des formes urbaines et du patrimoine architectural

Unités de paysage concernées

Toutes les unités de paysage

Recommandations

- Repérer et identifier les lisières urbaines de qualité dans les documents d’urbanisme et d’aménagement

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

- Tirer parti des structures paysagères   existantes dans le cadre de la création des lisières urbaines
- Entretenir les vergers, pré-vergers, pelouses et prairies, véritables espaces refuges pour la biodiversité  
- Constituer un espace spécifique en limite d’urbanisation avec l’espace agricole, économe en foncier, notamment à l’occasion des opérations d’urbanisme, d’aménagement, d’infrastructures, d’équipements

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

- Développer des modes d’implantation bâtie adaptés à la proximité des lisières forestières et gérer les espaces intermédiaires (bande tampon) :

  • ­Maintien d’un recul du bâti par rapport aux lisières forestières
  • ­Implantation bâti perpendiculaire à la lisière  
  • ­Plantation progressive des fonds de jardins avec des essences végétales adaptées
  • ­Maintien ou création de chemins menant à la forêt ou traversant l’espace tampon entre bâti et lisière   forestière
  • ­Ouverture visuelle ponctuelle sur la lisière   à travers les jardins privés
© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

- Développer des espaces appropriables plantés, dans ces espaces de transition entre ville et espaces agricoles/naturels : promenades et circulations douces arborées, vergers et jardins familiaux, bassins de rétention, haies bocagères et chemins de desserte des parcelles, mails publics, etc.
Ces espaces ont à la fois pour but de proposer des espaces de détente et de loisirs, de limiter l’impact des activités agricoles, de créer un espace refuge pour la biodiversité   ordinaire…
Les effets positifs sont à la fois sanitaires, écologiques, environnementaux et sociaux.

A l’occasion de nouvelles extensions urbaines, créer des chemins piétonniers publics parcourant les lisières urbaines et irriguant les nouveaux quartiers. -Accompagner les chemins créés d’arbres et de haies (arbres fruitiers, haies composées d’espèces indigènes favorables à la richesse de l’avifaune…)
- Protéger et valoriser les espaces agricoles situés limite de zones urbanisées

  • ­Définition de périmètres d’espaces agricoles à préserver de l’urbanisation au titre de l’agriculture de proximité et réalisation d’un état des lieux de ces espaces, avec un inventaire des parcelles en friche et des propriétaires, afin de répertorier les parcelles potentiellement utilisables pour l’installation de nouveaux agriculteurs avec l’appui de la Chambre d’agriculture.
  • ­Protection sur le long terme de ces espaces agricoles, dans les documents d’urbanisme et au besoin, pour les plus stratégiques, par des acquisitions foncières.
  • ­Mise en place en place d’aménagements fonciers permettant d’adapter le parcellaire agricole en lisière   de zone urbanisée
© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Acteurs et partenaires :

- Les communes
- Les communautés de communes
- La Chambre d’agriculture
- Les Pays
- Les services de l’Etat (DDT, DREAL...)
- Le Conseil Général 54
- Le Conseil Régional de Lorraine
- La SAFER
- Le PNRL
- Les concepteurs (paysagistes)
- Les aménageurs, les promoteurs,
- Les agriculteurs gestionnaires de parcelles au contact des villages concernés
- Les associations

Outils et moyens existants ou à mobiliser

Réglementaires :
- SCoT
- PLU
- Cahier des charges des opérations d’urbanisme

Opérationnels :
- Définition d’un schéma des lisières agro-urbaines prioritaires à créer, à l’échelle communale et intercommunale
- OPAV
- Définition de cahiers des charges des aménageurs lotisseurs incluant la réservation d’espaces publics permettant la création de lisières agro-urbaines
- Acquisition de terrains par la collectivité aux abords des villages
- Echange de parcelles via la SAFER et contractualisation avec les agriculteurs sur la base d’un cahier des charges
- Bourse aux arbres (potentiellement organisée par la Chambre d’Agriculture, avec des échanges d’arbres sur pieds à l’occasion d’échanges de parcelles - exemple dans la Manche)
- Participation des agriculteurs cultivant les espaces périphériques à des animations et valorisant les produits locaux
- Création de vergers familiaux expérimentaux en lisière   de village ou de ville, support d’animations pédagogiques et festives
- Plan Départemental des Itinéraires de Promenade et de Randonnée (Conseil Général)
- Création de pépinières intercommunales
- Dons de plants lors de l’accueil des nouveaux arrivants
- Achat d’espèces végétales locales dans le cadre de bourses aux plantes animées par le Pays



< Page précédente