Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

16 bis - Les collines sous-vosgiennes
Enregistrer au format PDF

une alternance de clairières agricoles et de forêts

• Communes concernées par cette unité de paysage

    ANCERVILLER ANGOMONT BACCARAT BADONVILLER BERTRAMBOIS BERTRICHAMPS BIONVILLE BREMENIL CIREY-SUR-VEZOUZE FENNEVILLER FREMONVILLE GOGNEY HALLOVILLE HARBOUEY MERVILLER MONTREUX NEUFMAISONS NEUVILLER-LES-BADONVILLER NONHIGNY PARUX PETITMONT PEXONNE PIERRE-PERCEE RAON-LES-LEAU SAINT-MAURICE-AUX-FORGES SAINTE-POLE SAINT-SAUVEUR TANCONVILLE VACQUEVILLE VAL-ET-CHATILLON VENEY

• Inter-communalités concernées par cette unité de paysage

    CC DE LA HAUTE VEZOUZE
    CC DE LA PLAINE
    CC DU PAYS DE BADONVILLER
    CC DU PAYS DE LA VEZOUZE
    COMMUNAUTE DE COMMUNES DES VALLEES DU CRISTAL

Situation

Au pied du massif des Basses-Vosges, les collines sous-vosgiennes sont globalement inclinées au nord-ouest vers le Plateau lorrain, avec des altitudes comprises entre 300 et 400 mètres. Elles forment une transition entre les paysages agricoles du Plateau lorrain et les forêts du massif montagneux, présentant une succession de clairières taillées dans les forêts de résineux, dans lesquelles s’inscrivent les villages et bourgs (Cirey-sur-Vezouze, Badonviller, Pexonne, Petitmont, Neufmaisons, …). Dans le département, cette sous-unité de paysage s’allonge ainsi sur 30 km de long pour 5 km de large environ, entre les pentes boisées du Piémont vosgien et le Lunévillois (voir l’unité de paysage n°15). Elle est coupée par la vallée de la Meurthe qui entaille le massif montagneux et fait l’objet d’une unité de paysage distincte (voir l’unité de paysage n°12).

+ -

Caractéristiques paysagères illustrées de la sous-unité

Un glacis en pente douce appuyé sur le rebord du massif vosgien et s’inclinant vers le Plateau lorrain

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le relief descend en une pente douce et relativement régulière vers le Plateau lorrain, dégageant des vues lointaines - Fenneviller

Des paysages de clairières agricoles entourées de boisements

Une quasi-omniprésence des herbages dans les clairières agricoles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les herbages dominent dans les clairières agricoles, composant des paysages très verdoyants – Badonviller

Des villages et bourgs installés au centre des clairières

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le bourg de Badonviller, bien que presque entièrement détruit lors de la Première Guerre mondiale a été reconstruit à l’identique et présente encore un urbanisme typique du XVIIIème siècle : alignement des façades, mise en scène monumentale (église reconstruite en 1926) – La rue Gambetta et l’église Saint-Martin, Badonviller

Un territoire structuré autour de la route D8 qui relie les villages

Fonctionnalités écologiques et patrimonialité de la sous-unité

Cette sous-unité paysagère est composée d’un cordon forestier continu d’une largeur limitée, séparé de la forêt des Basses-Vosges par une mosaïque de milieux agricoles et urbanisés. Ce continuum forestier s’étend du Sud-Ouest au Nord-Est et comprend de nombreux ruisseaux le traversant latéralement, dont celui de la Vezouze, inscrit au réseau Natura 2000  , et l’étang de Gresson (ENS) en amont de la Vezouze. Sa roselière en queue d’étang présente un intérêt ornithologique. En milieux ouverts, les ruisseaux sont accompagnés de prairies, servant de corridor écologique   entre les différentes forêts.

Analyse critique, identification de points forts et de points faibles de la sous-unité

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

< image|fichier=légende enjeux.jpg|légende=légende de la carte d’analyse critique>

Atouts :

Le petit parcellaire : une mosaïque agricole où dominent les herbages qui composent un paysage verdoyant dans les clairières ouvertes au milieu des masses boisées

Les ceintures végétales (prés-vergers, jardins, prairies) : des paysages jardinés autour des villages, constituant des espaces de transition douce entre le bâti et les cultures et offrant des espaces de proximité pour les habitants

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Jardins potagers aux abords de Badonviller

Les structures végétales   (bosquets, arbres isolés, lignes de fruitiers, vergers, haies) : des éléments de valorisation paysagère et écologique, une animation des paysages agricoles

Le patrimoine rural et artisanal (cotonnière de Val-et-Châtillon, …) : un patrimoine à mettre en valeur

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les villages et bourgs présentent un patrimoine du XVIIIème siècle (linteaux cintrés, présence d’un étage noble) du aux nombreuses reconstructions après la guerre de Trente Ans – Cirey-sur-Vezouze

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les anciennes cotonnières de Val-et-Châtillon, héritage de l’industrie textile des Vosges, aujourd’hui transformées en musée du textile

Fragilités :

La destructuration des sites concis des villages et des bourgs par une urbanisation peu maîtrisée, sous forme de mitage de l’espace agricole ou d’urbanisation linéaire le long des routes

Une tendance à la simplification des paysages suite à :

  • l’intensification des pratiques agricoles par le remembrement et la suppression des structures végétales  , corridors écologiques permettant le déplacement des espèces
  • la déprise des parcelles les moins productives et les moins accessibles avec de l’enfrichement et un phénomène de boisement (résineux) des parcelles agricoles des fonds de vallon, entraînant une fermeture des milieux ouverts

La dévalorisation des centres des villages et des bourgs, à remettre en valeur

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Une image encore peu valorisante du centre du village : réseaux aériens, espaces publics non aménagés - Pexonne