Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

4 bis - Les vallées encaissées du plateau de Haye
Enregistrer au format PDF

Des petites vallées peu urbanisées et préservées

• Communes concernées par cette unité de paysage

    AINGERAY ALLAIN ARNAVILLE AVRAINVILLE BAINVILLE-SUR-MADON BARISEY-AU-PLAIN BATTIGNY BAYONVILLE-SUR-MAD BELLEVILLE BERNECOURT BICQUELEY BLENOD-LES-PONT-A-MOUSSON BOUILLONVILLE CHALIGNY CHAMPIGNEULLES CHAREY CHAUDENEY-SUR-MOSELLE CHAVIGNY COLOMBEY-LES-BELLES CREPEY CREZILLES DIEULOUARD DOLCOURT DOMEVRE-EN-HAYE DOMMARTIN-LES-TOUL ESSEY-ET-MAIZERAIS EUVEZIN FAVIERES FECOCOURT FEY-EN-HAYE FLIREY FONTENOY-SUR-MOSELLE FROUARD GEMONVILLE GERMINY GEZONCOURT GONDREVILLE GRISCOURT JAILLON JAULNY JEZAINVILLE LAXOU LIMEY-REMENAUVILLE LIRONVILLE LIVERDUN LIVERDUN MAIZIERES MAMEY MANONCOURT-EN-WOEVRE MANONVILLE MARBACHE MARON MARTHEMONT MARTINCOURT MAXEVILLE MONTAUVILLE MOUTROT NEUVES-MAISONS NORROY-LES-PONT-A-MOUSSON NOVIANT-AUX-PRES OCHEY ONVILLE PAGNY-SUR-MOSELLE PANNES PIERRE-LA-TREICHE POMPEY PONT-A-MOUSSON PONT-SAINT-VINCENT PRENY REMBERCOURT-SUR-MAD ROGEVILLE ROSIERES-EN-HAYE SAINT-BAUSSANT SAINT-JULIEN-LES-GORZE SAIZERAIS SAULXEROTTE SEICHEPREY SELAINCOURT SEXEY-AUX-FORGES SEXEY-LES-BOIS THIAUCOURT-REGNIEVILLE THIAUCOURT-REGNIEVILLE THUILLEY-AUX-GROSEILLES TRAMONT-EMY TRAMONT-LASSUS TRAMONT-SAINT-ANDRE TREMBLECOURT VANDELAINVILLE VANDELEVILLE VANDIERES VANDOEUVRE-LES-NANCY VELAINE-EN-HAYE VIEVILLE-EN-HAYE VILCEY-SUR-TREY VILLECEY-SUR-MAD VILLERS-EN-HAYE VILLERS-LES-NANCY VILLERS-SOUS-PRENY VILLEY-LE-SEC VILLEY-SAINT-ETIENNE VITERNE WAVILLE XAMMES

• Inter-communalités concernées par cette unité de paysage

    CC DE HAZELLE
    CC DE MOSELLE ET MADON
    CC DES 3 VALLEES
    CC DES COTES EN HAYE
    CC DES VAL DE LA MOSELLE ET DE L’ESCH
    CC DU BASSIN DE POMPEY
    CC DU MAD A L’YRON
    CC DU MASSIF DE HAYE
    CC DU PAYS DE COLOMBEY ET DU SUD TOULOIS
    CC DU PAYS DE PONT-A-MOUSSON
    CC DU TOULOIS
    COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

 Situation

Les cours d’eau qui traversent le plateau de Haye ont creusé des vallées encaissées qui entaillent le revers des Côtes de Moselle (formé de couches calcaires du Bajocien) pour alimenter la Moselle vers l’est. Il s’agit du nord au sud de la vallée du Rupt-de-Mad et de la vallée de l’Esch (aussi appelée « Petite Suisse lorraine »). Elles n’excèdent généralement pas les 3 km de large pour 11 à 16 km de longueur : 16 km pour la vallée du Rupt-de-Mad et 15 km pour la vallée de l’Esch. Bien que directement connectées aux zones urbanisées du Val de Moselle et de l’agglomération nancéienne, elles apparaissent encore relativement préservées des pressions d’urbanisation et offrent des paysages ruraux à la valeur patrimoniale reconnue. De nombreux villages et bourgs y sont installés, souvent en surplomb du fond de vallée, occupant les coteaux tels que Thiaucourt-Régnéville, Waville, …

+ -

La Petite Suisse lorraine
«  Mais, me demandez-vous, où est la Petite Suisse lorraine ?
La Petite Suisse lorraine, c’est une vallée capricieuse, à la fois riante et sauvage ; c’est une rivière dont les eaux claires mirent tantôt de verticales et surplombantes falaises, tantôt les pittoresques débris de vieux moulins parmi de vertes prairies, tantôt l’altière silhouette d’un antique château-fort ; c’est le nid où se cachent des villages vieillots et curieux, c’est aussi la région où se rencontrent les gouffres les plus profonds et les plus mystérieux de toute la Lorraine. La petite Suisse, c’est Manonville, à côté de Domèvre-en-Haye, jusque Griscourt et Jezainville, près de Dieulouard, la vallée d’un cours d’eau que les cartes désignent indifféremment sous le nom d’Ache ou d’Esch. L’Esch prend sa source aux environs de Jouy-sous-les-Côtes, un village meusien au pied des Côtes de Meuse. C’est un petit ruisseau qui coule lentement parmi la dépression argileuse de la Woëvre, d’Ouest en Est. Il trace dans la glaise un mince sillon, drainant les nombreux étangs, parmi les lourdes cultures et les maigres boqueteaux. Il arrive ainsi, ayant parcouru toute la plaine, jusque Manonville, au pied d’une hauteur, la Côte-en-Haye. A partir de là, tout change. Le ruisseau devenu petite rivière, aborde de front le massif de Haye qu’il traverse pendant 25 km pour rejoindre, à Pont-à-Mousson, la Moselle, en formant à son confluent une petite île connue des Mussipontains, l’île d’Esch. »

Stéphane Errard, La petite Suisse lorraine (1947)

 Caractéristiques paysagères illustrées (sous-unité)

Des vallées encaissées et étroites taillées dans le plateau de Haye

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les cours d’eau ont entaillé le plateau calcaire, creusant des vallées encaissées telle que la vallée de l’Esch, également appelée « Petite Suisse lorraine » - Château de Pierrefort

Des vallées offrant des paysages et des milieux naturels remarquables et à la valeur patrimoniale reconnue

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage composé et jardiné dans la vallée du Rupt-de-Mad - Arnaville

Des coteaux présentant des paysages soigneusement composés : villages, ceintures de vergers, couronne forestière

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage de proximité jardiné et soigné d’une ceinture verte autour d’un village : prés-vergers, jardins, cheminement - Vandelainville

Des fonds de vallée ouverts et entretenus par l’agriculture dans les vallées de l’Esch et du Rupt-de-Mad

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage soigné avec des prés dans le fond de vallée, des coteaux boisés et une ripisylve soulignant le tracé sinueux du ruisseau de l’Esch – Martincourt

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les cultures s’installent sur les terres les moins humides ; ici un champ de colza dans la vallée de l’Esch - Gézoncourt

Des villages et bourgs présentant des sites bâtis et un patrimoine de qualité

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Beau front bâti constitué de maisons jointives caractéristique des villages-rue lorrains – Arnaville

Des routes-paysages inscrites en léger surplomb par rapport au fond de vallée, favorables aux ouvertures visuelles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Belle route paysage installée en léger surplomb du fond de vallée – La route RD952 dans la vallée du Rupt-de-Mad

Des paysages qui gardent les traces des guerres : villages détruits, reconstructions, ’zone rouge  ’ forestière

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le village de Martincourt, niché dans le fond de la vallée de l’Esch, fut entièrement détruit lors du repli des Allemands le 1 septembre 1944. Il présente aujourd’hui une architecture et une configuration très aérée caractéristiques de la Reconstruction.

 Fonctionnalités écologiques et patrimonialité (sous-unité)

Dans le Nord de l’unité paysagère, le revers des côtes de Moselle est entaillé de deux vallées encaissées, traversées par des affluents de la Moselle : les rivières de l’Esch (ayant traversée une région d’étangs dans la forêt de la Reine) et du Rupt-de-Mad, qui reçoit les eaux de la Madine, émissaire du lac de la Madine, dans l’unité paysagère de la plaine de la Woëvre. Ces deux vallées représentent des corridors écologiques importants pour de nombreuses espèces, de par leur orientation transversale (orientation générale Sud-Ouest/Nord-Est) par rapport aux autres grandes vallées de la région. L’agriculture et la sylviculture jouent un rôle essentiel dans le maintien des capacités d’accueil de la vallée pour les oiseaux. Dans les zones ouvertes et semi-ouvertes, les espèces patrimoniales rencontrées sont par exemple l’Alouette lulu, la Pie-grièche écorcheur et le Torcol fourmilier.

Par sa grande variété de reliefs et d’expositions, la vallée du Rupt-de-Mad est particulièrement importante pour l’accueil et la circulation du Grand et du Petit Rhinolophe entre la plaine de la Woëvre et la vallée de la Moselle. De nombreuses espèces de chauves-souris trouvent une mosaïque de milieux propices à leur développement et notamment de gîtes d’hibernation que constituent les grottes situées tout au long de la vallée.

Outre l’urbanisation entrecoupant de temps à autre les milieux naturels de coteau, la mosaïque d’habitat des vallées se compose de ripisylves bordant les cours d’eau, d’espaces agricoles (prairies et cultures) en fond de vallée, de coteaux boisés avec la présence ponctuelle de pelouses ainsi que d’un réseau de gouffres et de failles karstiques. L’encaissement des vallons induit des conditions climatiques sévères favorables à une flore à caractère montagnard. Ces vallons froids comportent des plantes reliques des glaciations du quaternaire telles que la Lathrée écailleuse ou encore la Renoncule à feuille de platane.

Les pelouses calcaires formaient traditionnellement un continuum tout au long de la basse vallée (plus particulièrement celle du Rupt-de-Mad) qui tend à se distendre du fait de l’abandon de leur exploitation. Cela se traduit par le retour de la forêt. Cependant ces pelouses constituent encore un ensemble homogène où les distances assez courtes entre les milieux facilitent les échanges pour la faune et la flore. Ces échanges sont primordiaux pour éviter l’isolement ou l’insularisation des pelouses qui pourrait engendrer à terme leur appauvrissement voire leur disparition. On y trouve de nombreuses espèces d’influence méditerranéenne, spécialisées dans la résistance à la sécheresse et aux fortes températures, telles que les orchidées sauvages ou la Marguerite de la Saint-Michel.

 Analyse critique, identification de points forts et de points faibles (sous-unité)

Atouts :

Les fonds de vallée ouverts : des paysages agricoles de qualité présentant prairies et cultures

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Moutons dans le fond de la vallée de l’Esch – Martincourt

Les structures végétales   en fond de vallée (ripisylves, haies, arbres isolés) :

des éléments essentiels pour les paysages et la biodiversité  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Saules sur les berges de l’Esch - Griscourt

Les villages et bourgs : des sites bâtis de qualité, préservés : un patrimoine riche

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

L’aître fortifié, organisation défensive des maisons construites en « fer à cheval » autour de l’église, se retrouve dans cinq communes de la basse vallée du Rupt-de-Mad : Arnaville, Bayonville-sur-Mad, Vandelainville, Onville, Waville – Onville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Détail de traitement du sol avec des matériaux nobles (pierres) pour la restauration de l’aître de Vandelainville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le site bâti perché dans la vallée de L’Esch – Villers-en-Haye vu depuis Griscourt

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Beau front bâti qui mériterait une mise en valeur : réaménagement des espaces publics en réservant des bandes plantées en pied de façades, ravalement des façades – Bayonville-sur-Mad

Les ceintures vertes : des paysages soignés et composés autour des villages

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Jardins, cheminement, murets, vergers offrant un paysage de proximité attrayant pour les habitants des villages - Vandelainville

Les coteaux : des paysages composés et diversifiés comprenant boisements, mais aussi vergers, prairies et pelouses calcaires

Les routes-paysages : des itinéraires privilégiés permettant une découverte des paysages des vallées

Fragilités :

La fragilisation des paysages des coteaux, envahis par les friches ou à l’inverse simplifiés par une intensification de l’agriculture (suppression des structures végétales  , remembrement, …)

La fermeture des paysages, par une progression de la forêt sur les pentes des boucles de la Moselle

Une certaine simplification des paysages agricoles suite à la suppression des prairies et des structures végétales   au profit des grandes parcelles cultivées

La fragilisation des sites des villages suite à des pressions urbaines qui se traduisent notamment par une urbanisation linéaire le long des routes et à un début de mitage des coteaux autour de certains villages

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Fragilisation du paysage composé du coteau autour de Waville : urbanisation linéaire, friches, urbanisation du fond de vallée

La dégradation des entrées, des traversées et des centres des villages

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Espaces publics non valorisés, trop minéralisés, liés à la traversée du village – Bayonville-sur-Mad

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage peu attrayant de la traversée du village : espaces publics se réduisant à une route, réseaux aériens – Waville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Urbanisation standardisée le long de la route dévalorisant l’entrée du village – Gézoncourt

La fragilisation des paysages par des points noirs (éléments isolés marquant le paysage   de façon jugée négative)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Dépôts dévalorisant la vue sur Griscourt et la vallée de l’Esch – Villers-en-Haye