Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

12 - La vallée de la Meurthe
Enregistrer au format PDF

une alternance d’espaces urbanisés et d’espaces préservés, au cœur d’une large vallée

• Communes concernées par cette unité de paysage

    ART-SUR-MEURTHE AZERAILLES BACCARAT BARBONVILLE BERTRICHAMPS BLAINVILLE-SUR-L’EAU BROUVILLE CHANTEHEUX CHARMOIS CHENEVIERES CROISMARE DAMELEVIERES DENEUVRE DEUXVILLE DOMBASLE-SUR-MEURTHE FLAINVAL FLIN FRAIMBOIS GELACOURT GLONVILLE HERIMENIL JOLIVET LACHAPELLE LANEUVEVILLE-DEVANT-NANCY LARONXE LENONCOURT LUNEVILLE MERVILLER MONCEL-LES-LUNEVILLE MONT-SUR-MEURTHE MOYEN REHAINVILLER ROSIERES-AUX-SALINES SAFFAIS SAINT-CLEMENT SAINT-NICOLAS-DE-PORT SOMMERVILLER THIAVILLE-SUR-MEURTHE VARANGEVILLE VATHIMENIL VIGNEULLES VILLE-EN-VERMOIS VITRIMONT XERMAMENIL

• Inter-communalités concernées par cette unité de paysage

    CC DE LA MORTAGNE
    CC DES PAYS DU SEL ET DU VERMOIS
    CC DU GRAND COURONNE
    CC DU LUNEVILLOIS
    CC DU PAYS DU SANON
    CC DU SAINTOIS AU VERMOIS
    CC DU VAL DE MEURTHE
    COMMUNAUTE DE COMMUNES DES VALLEES DU CRISTAL
    COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

Cliquez sur la carte pour la visualiser en pleine résolution.

2.4 Mo - x pixels

 Situation

A partir de Baccarat, la Meurthe quitte le Massif Vosgien pour traverser le Plateau Lorrain, dessinant une vallée ample et souple cernée de coteaux à pentes douces. Elle concentre les infrastructures (RD1, RN59, …) et l’urbanisation qui se fait plus dense entre Lunéville et Nancy. De la limite départementale orientale à Art-sur-Meurthe aux portes de Nancy, la vallée de la Meurthe s’allonge sur 56 km et présente quatre séquences ou sous-unités :

  • la vallée vosgienne à l’amont de Baccarat, cadrée par les pentes abruptes et boisées des Basses-Vosges (8 km environ),
  • la séquence encore rurale entre Baccarat et Lunéville, jalonnée de villages installés le long de la RN59 (20 km environ),
  • la plaine de Lunéville, élargissement à la confluence de la Vezouze et de la Meurthe (6 km environ),
  • la séquence urbanisée et marquée par l’industrie du sel avec Rosières-aux-Salines, Dombasle-sur-Meurthe, Varangéville et Saint-Nicolas-de-Port (22 km environ).
+ -

 Caractéristiques paysagères illustrées

Une vallée ample cadrée de coteaux festonnés soit couverts de forêts (forêt de Vitrimont, bois de Chèvremont, forêt domaniale de Mondon, … soit cultivés (prairies, prés-vergers, cultures

Une alternance de séquences urbaines, industrielles et naturelles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Une séquence « naturelle » de la Meurthe entourée d’une ripisylve de saules – Rosières-aux-Salines

Un fond de vallée plat fortement marqué par l’exploitation du sel et de gravières   entre Blainville-sur-l’Eau et Art-sur-Meurthe, avec des paysages encore ruraux à l’amont de Lunéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les prairies en fond de vallée sont rares et disparaissent avec l’exploitation des gravières et du sel (bassins de décantation) – Saint-Nicolas-de-Port

Lunéville : un site géographique peu marquant à la confluence de la Vezouze et de la Meurthe, compensé par un patrimoine architectural et urbain exceptionnel construit par les Ducs de Lorraine, lorsque la ville fut la capitale princière de la Lorraine de 1702 (installation de Léopold) jusqu’au rattachement avec la France en 1766 à la mort de Stanislas.

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le château de Lunéville, héritage du Duc de Lorraine Léopold qui y installa sa cour au début du XVIIIème siècle, à distance de Nancy alors occupée par les troupes françaises

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les tours rococo de l’église Saint-Jacques hautes de 50 mètres, dominent Lunéville qui s’étend dans une plaine à la confluence de la Meurthe et de la Vezouze – Vue depuis Deuxville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La rue de la Charité et l’église Saint-Jacques construite en grès rose des Vosges dans le style rococo – Lunéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les jardins du château de Lunéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La Place Léopold a fait l’objet d’un aménagement soigné qui met en valeur son patrimoine architectural et urbain – Lunéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La Vezouze à Lunéville

Les collines au nord de Lunéville Dans UP15 Lunévillois, un site de mémoire : la bataille du Léomont, une des plus belles pages de gloire de la division de fer, la première victoire française de 1914-1918

’J’ai vu la bataille dans le champ de tir des mitrailleuses : fenêtre ouverte sur le réel, profonde mais étroite. Que me reste t-il ? Des souvenirs d’une intensité physique. [...] Le plus beau souvenir et le dernier, l’entrée à Lunéville. Je marchais seul en avant de ma section dans les rues de la ville. Aux murs, des affiches allemandes toutes fraîches. Sur le seuil des portes, les habitants encore sans joie, émus et nous tendant des bols de café chaud, du chocolat, du pain. Humble et précieuse offrande aux libérateurs. [...] Ce jour là, nous sortions du royaume de la mort et nous entrions, par cette ville étonnée, dans celui de la gloire.
Extrait d’une lettre issue de ’ La Grande Guerre, vécue, racontée, illustrée par les combattants’, Aristide Quillet (1922)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Au nord de Lunéville, une série de buttes-témoin (Grande Côte, Léomont, …) façonne un horizon de coteaux cultivés et boisés qui marquent la limite de la ville - Lunéville

Baccarat, ville-porte des Vosges : la ville, connue pour sa cristallerie développée à partir de 1816, est installée dans le site contraint et étroit du fond de vallée de la Meurthe, cadré par les coteaux sombres boisés de résineux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Baccarat dans son site de fond de vallée de la Meurthe, aux portes des Vosges

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La rue principale de Baccarat

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les bords de la Meurthe et l’église contemporaine de Baccarat

Des sites bâtis et industriels parfois spectaculaires, notamment liés à l’industrie du sel

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les Salines de Varangéville et la haute silhouette de Saint-Nicolas-de-Port dominée par sa basilique visible de très loin : un paysage spectaculaire – Varangéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

L’usine chimique (soude) de Varangéville, une installation industrielle monumentale marquant le paysage du fond de vallée

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

L’usine chimique Solvay, fondée en 1873, un des principaux centres de production de carbonate de sodium au monde. Elle profitait de la présence du canal de la Marne au Rhin pour l'acheminement par péniches des matières premières (houille et sel) – Dombasle-sur-Meurthe

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Succession de toitures dans la pente : la disposition régulière des maisons accolées les unes aux autres de part et d’autre d’une rue principale élargie d’usoirs, caractéristique du village-rue lorrain - Fraimbois

De grandes infrastructures routières peu accordées aux paysages

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La déviation de la RD590 (ancienne RN59) permet de diminuer le trafic dans les villages de la vallée mais n’offre pas une vision valorisante du territoire — présence de talus, passage en remblais, haies denses le long de la route, … - Fraimbois

 Fonctionnalités écologiques et patrimonialité

Cette unité paysagère correspond principalement à la vallée alluviale de la Meurthe. La rivière et ses milieux associés, mosaïque d’habitats composés de boisements et prairies, représentent une continuité écologique longitudinale s’étendant du sud-est au nord-ouest. L’autoroute N333 (reliant Nancy à Lunéville), la N59 et la voie ferrée, longeant régulièrement la Meurthe et les extensions urbaines, fragmentent et isolent les habitats naturels et limitent les échanges est-ouest entre les secteurs de plateau.

Secteur amont de la vallée alluviale de la Meurthe, entre Bertrichamps et Saint Clément

La vallée alluviale de la Meurthe entre Bertrichamps et Saint Clément est classée Natura 2000 et identifiée comme un ENS prioritaire. Elle correspond à la Meurthe sauvage, sans projet récent de gravière comme dans la partie aval. La Meurthe est une rivière à lit mobile, c’est-à-dire que le cours d’eau migre naturellement, latéralement dans son lit, créant des zones de bancs de graviers qu’affectionne le Petit Gravelot et des radiers sablo-graveleux favorables aux poissons tels que la Lamproie de Planer ou le Chabot. Aux abords de la Meurthe, la ripisylve  , la forêt alluviale et les prairies se répartissent selon le gradient hydrique pour former un complexe écologiquement riche. Les aulnaies-frênaies et les frênaies-ormaies, mais également les plantations de résineux et de peupliers à proximité, moins intéressants écologiquement, forment avec la ripisylve   une continuité forestière plus ou moins continue qui relie les grands massifs forestiers des coteaux (forêt de Mondon et bois de la Taxonnière par exemple). C’est ainsi un axe de circulation et une zone de chasse pour de nombreuses chauves-souris, notamment pour le Grand Murin, le Vespertilion à oreilles Echancrées et le Petit Rhinolophe. Les prairies couvrent encore de vastes ensembles. Alcaline, la végétation varie selon le degré d’hydromorphie, allant des prairies hygrophiles aux prairies mésophiles à Colchique d’automne souvent d’une grande valeur patrimoniale. Elles accueillent également des papillons remarquables comme l’Azuré des paluds (site majeur pour cette espèce) et le Cuivré des marais. Les mares prairiales, mais également les ornières forestières, sont l’habitat privilégié du Triton crêté et du Sonneur à ventre jaune, autres espèces en voie de raréfaction.

Secteur aval de la Meurthe, entre Saint Clément et Art-sur-Meurthe

Le secteur aval est particulièrement modifié par les activités humaines, à cause de la présence des salines et d’exploitations de gravières  , ce qui empêche la rivière de divaguer. Il a perdu les habitats faisant sa qualité en amont. Les barages, les biefs et les pôles urbains altèrent la continuité longitudinale de la rivière. La Meurthe représente cependant un corridor pour les oiseaux et notamment lors des haltes migratoires avec ses gravières   et les bassins des salines. Quelques annexes hydrauliques jouent également un rôle important, servant notamment de frayère pour les brochets. Par exemple, le site du Plain (ENS), ancien méandre de la Meurthe, abrite une diversité de milieux humides et secs, notamment une forêt d’intérêt européen. Il tire son originalité dans la mosaïque d’habitats complémentaires qui le composent et dans sa proximité avec le centre urbain de Damelevières. Les gravières   très nombreuses dans ce secteur ont supplantées les riches prairies. Leur renaturation permettrait cependant de renforcer leur intérêt écologique et leur rôle fonctionnel pour la biodiversité  .

 Analyse critique, identification de points forts et de points faibles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

carte d'analyse critique

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

légende de la carte d'analyse critique

Atouts :

La Meurthe, corridor de migration pour les oiseaux

Agriculture extensive familiale sur le secteur amont de la Meurthe, intéressante d’un point de vue écologique et paysager, représentant le champ d’expansion des crues

Les coteaux offrant des paysages agricoles et boisés : le cadre continu de la vallée composant des horizons diversifiés

Les parenthèses rurales entre les zones urbanisées ou industrielles : des espaces de respiration précieux d’un point de vue paysager comme pour les continuités écologiques  , mais fragiles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les paysages de campagne entre les zones urbanisées forment des espaces de respiration à préserver – La vallée de la Roanne entre Art-sur-Meurthe et Varangéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

A l’aval de Lunéville, le fond de vallée reste préservé des activités industrielles et présente un paysage de qualité : le cours de la Meurthe souligné par les saules serpente dans le fond plat occupé par les prairies - Azerailles

Le patrimoine industriel et rural : un héritage à mettre en valeur

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les anciennes filatures de Saint-Nicolas-de-Port, un patrimoine à mettre en valeur

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La cristallerie de Baccarat, un site peu valorisé pour une marque pourtant prestigieuse

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Belle séquence de façades traditionnelles avec leurs portes des granges en plein cintre caractéristiques - Glonville

Les sites bâtis : des repères dans le paysage  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La silhouette de la chartreuse de Bosserville, isolée au milieu de la végétation dans le fond de la vallée, bien visible dans le paysage – Art-sur-Meurthe

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les impressionnantes tours gothiques de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port dominent la ville du haut de leurs 85 et 87 mètres

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La silhouette imposante de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, un repère visuel bien visible à l’échelle du grand paysage

Les jardins privatifs au bord de l’eau : des paysages jardinés et soignés mettant en valeur les bords de l’eau et l’arrière du bâti tout en laissant place à la nature

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les fonds de parcelles jardinés, les murs en pierre, les berges enherbées participent à la valeur de ce paysage des bords d’un bras de la Meurthe – Rosières-aux-Salines

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Entre le village et le bord de la Meurthe, les jardins situés à l’arrière des maisons offrent un paysage intéressant encore peu mis en valeur – Mont-sur-Meurthe

Les bords de l’eau : des espaces naturels de grande valeur paysagère   et écologique pouvant être le support des itinéraires de circulations douces

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Piste cyclable des Boucles de Mondon sur les berges de la Vezouze - Lunéville

Fragilités :

La fragilisation des sites bâtis des coteaux et la disparition des coupures d’urbanisation :

mitage des coteaux, urbanisation linéaire, colonisation des crêtes et plateaux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La construction de quelques maisons le long de la route dévalorise l’image de l’entrée du village et coupe la vue sur le paysage remarquable du fond de vallée – Art-sur-Meurthe

L’artificialisation et le morcellement des fonds de vallées par l’industrie du sel : talus abrupts des plans d’eau, installations industrielles, création d’infrastructures routières et ferroviaires, consommation des prairies, disparition des structures végétales  , et donc des corridors écologiques permettant le déplacement des espèces

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La juxtaposition d’éléments industriels (tas de sel sur la gauche) et d’infrastructures énergétiques (lignes électriques) renforce l’artificialisation du paysage de la vallée – Art-sur-Meurthe

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

L’industrie du sel marque fortement les paysages de la vallée, notamment avec les bassins de décantation entourés de hauts talus qui bouchent la vue dans le fond de vallée. Ici un talus planté de résineux alignés et le pont autoroutier (A33) renforcent l’image artificielle du fond de vallée – Rosières-aux-Salines

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les infrastructures ferroviaires deviennent par endroits omniprésentes dans le fond de la vallée, fragmentant le paysage – Damelevières

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Mitage du fond de vallée par des activités ponctuelles dévalorisant les respirations vertes entre les zones urbanisées - Fraimbois

La simplification et la fermeture des paysages de la vallée sur le secteur amont de la Meurthe suite à l’abandon par l’agriculture de l’élevage et des prairies humides : enfrichement, disparition des structures végétales   et des prés-vergers, défavorables aux espèces des complexes agropastoraux par ailleurs menacées par l’urbanisation et les gravières   au nord

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage agricole simplifié dans le fond de vallée accentuant la relative monotonie de la plaine : grandes parcelles cultivées, suppression des structures végétales - Fraimbois

Les phénomènes de dévalorisation des centres des villages et des traversées par les routes principales (RN59, RD1) :
espaces publics non aménagés, infrastructures routières trop prégnantes, urbanisation linéaire

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Image peu valorisante de la traversée de Baccarat qui pourrait faire l’objet d’un réaménagement plus urbain depuis la création de la déviation – RD590, Baccarat

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Traversée du village offrant une image peu valorisante : urbanisation linéaire, réseaux aériens, bas-côtés peu soignés – Azerailles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Zones d’activités dévalorisant l’entrée de Lunéville – Moncel-lès-Lunéville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les abords de l’église Saint-Gorgon (XVe siècle), un site à valoriser – Varangéville

Le développement des plantes invasives, principalement de la Renouée du Japon, qui modifie irrémédiablement le paysage   et entraîne une baisse de la biodiversité   des zones alluviales