Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

6 - La vallée urbanisée de la Moselle
Enregistrer au format PDF

Un axe de communication majeur au pied des Côtes de Moselle

• Communes concernées par cette unité de paysage

    ARNAVILLE ATTON AUTREVILLE-SUR-MOSELLE BELLEVILLE BEZAUMONT BLENOD-LES-PONT-A-MOUSSON BOUXIERES-AUX-DAMES CHAMPEY-SUR-MOSELLE CHAMPIGNEULLES CUSTINES DIEULOUARD FROUARD JEZAINVILLE LAY-SAINT-CHRISTOPHE LESMENILS LIVERDUN LOISY MAIDIERES MALZEVILLE MARBACHE MILLERY MONTAUVILLE MOUSSON NORROY-LES-PONT-A-MOUSSON PAGNY-SUR-MOSELLE POMPEY PONT-A-MOUSSON PRENY VANDIERES VILCEY-SUR-TREY VILLE-AU-VAL VILLERS-SOUS-PRENY VITTONVILLE

• Inter-communalités concernées par cette unité de paysage

    CC DES 3 VALLEES
    CC DES VAL DE LA MOSELLE ET DE L’ESCH
    CC DU BASSIN DE POMPEY
    CC DU FROIDMONT
    CC DU GRAND VALMON
    CC DU PAYS DE PONT-A-MOUSSON
    COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY

 Situation

La Moselle, en s’écoulant au travers des Côtes de Moselle, a dessiné une vallée ample cadrée par les reliefs du front de côte à l’ouest et les buttes-témoins à l’est (butte de Mousson, Grand Couronné, …).Cette vallée ainsi formée, comme une partie de la vallée de la Meurthe, constitue un axe de développement majeur en Lorraine, ’l’axe Mosellan’, qui s’étend de l’agglomération de Nancy au Luxembourg : un couloir de circulation et d’urbanisation reliant l’Alsace, l’Allemagne, la Suisse, la Belgique et le Luxembourg en passant par les grandes villes lorraines de Metz, de Nancy et d’Epinal).Ainsi, dans le département, de longues séquences sont marquées par l’urbanisation et l’industrialisation avec de nombreuses villes installées en fond de vallée (Pont-à-Mousson, Champigneulles, …) ou plus fréquemment en pied de coteau (Dieulouard, Pompey, Frouard, …).

L’unité de paysage de la ’vallée urbanisée de la Moselle’ est précisément constituée de la portion urbanisée et industrielle de la vallée entre Champigneulles et Arnaville, longue de 34 km environ. Elle comprend à la fois le fond de vallée, le pied de coteau et le front de côte le plus souvent boisés, soit une largeur de 6 à 7 km environ.Elle se prolonge au sud par les unités de paysage de l’agglomération de Nancy (voir l’unité de paysage n°9) et des Boucles de la Moselle (voir l’unité de paysage n°7). Au nord, la vallée reste urbanisée et industrielle et se poursuit dans le département voisin de la Moselle vers Metz et Thionville.

+ -

Pont-à-Mousson, Abbaye des Prémontrés

« Les prémontrés ont laissés à Pont-à-Mousson l’un des plus beaux ensembles monastiques de Lorraine et le plus complet puisqu’il restitue les bâtiments conventionnels, le logis de l’abbé et l’église abbatiale ; heureusement épargnés à la Révolution. […]Dom Calmet l’a rappelé dans son Histoire de Lorraine : « Cet ensemble monumental qu’on peut qualifier de somptueux n’exclut pas la vie régulière conforme à l’Antique Rigueur. C’est maintenant une des plus belles et des plus accomplies de toutes les abbayes de la province, mais elle se distingue encore plus par la régularité de ses religieux que par la magnificence de ses bâtiments ».Pierre Lallemand, Les Prémontrés (Pierron, 1990)

Des paysages marqués par l’occupation humaine du territoire

Axe privilégié de circulation, la vallée de la Moselle fait l’objet d’une longue histoire d’occupation par l’homme qui a forgé ses paysages. Dès l’époque gallo-romaine, la voie romaine Trèves-Lyon emprunte ce couloir, passant par la place-forte de Scarpone (aujourd’hui Dieulouard), située sur un franchissement de la Moselle. Au Moyen-Age, les sites fortifiés se multiplient le long de cet axe stratégique, avec les châteaux de Frouard, de Condé à Custines, de l’Avant-Garde à Pompey, de Dieulouard, de Mousson et de Prény, tous démantelés vers 1635 sur l’ordre de Richelieu. Avec l’épopée de la sidérurgie à la fin du XIXe et au XXe siècles, les paysages de la vallée sont profondément modifiés. Jusqu’alors essentiellement voué à la viticulture sur les coteaux et à l’agriculture dans le fond de vallée, le territoire devient un axe industriel majeur du département. Avec l’invention du procédé de Thomas Gilchrist en 1879, l’extraction de la minette lorraine s’intensifie : d’artisanale, l’activité devient industrielle. Les mines, les hauts-fourneaux, les usines se développent dans la vallée. Cette aventure du fer s’illustre notamment avec une commande exceptionnelle en 1887 passée aux forges de Pompey : 8 000 tonnes d’acier pour la construction de la Tour Eiffel ! Les cités ouvrières se multiplient : 54 cités sont construites dans la vallée, réparties sur les communes de Champigneulles, Pompey, Frouard, Custines, Jeandelaincourt, Belleville, Dieulouard, Pont-à-Mousson, Blénod-lès-Pont-à-Mousson, Pagny-sur-Moselle. Les villages et les infrastructures se développent dans le fond de vallée et sur les coteaux. Malgré le déclin de l’activité sidérurgique durant la seconde moitié du XXe siècle, l’urbanisation se poursuit grâce à la position privilégiée de la vallée, entre Metz et Nancy, constituant un corridor urbain entre l’agglomération nancéienne et Pont-à-Mousson.

 Caractéristiques paysagères illustrées

Une vallée ample et encaissée cadrée de hauts coteaux couronnés de boisements

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les coteaux boisés et cultivés composent clairement le cadre de la vallée – Vue vers l’ouest depuis Custines

Une vallée marquée par l’urbanisation et l’activité industrielle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le site de Pont-à-Mousson niché dans la vallée de la Moselle – Une vue depuis la butte de Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Pont-à-Mousson, un site urbain et industriel marquant le paysage de la vallée de la Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le centre-ville de Neuves-Maisons dans le fond de la vallée

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Maisons identiques composant un paysage répétitif caractéristique de l’architecture industrielle - Dieulouard

Une urbanisation dense encore tenue dans le cadre boisé de la vallée

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les boisements qui couvrent les hauts de coteaux dessinent une ligne continue qui cadre l’urbanisation de la vallée – Depuis Bouxières-aux-Dames

Un fond plat et étroit, enchaînant séquences naturelles et séquences urbanisées et industrielles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La vallée ample présente une alternance précieuse de séquences « naturelles » et de séquences urbanisées et industrielles - Dieulouard

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La vallée vers Pont-à-Mousson, cadrée par les coteaux boisés, marquée par l’urbanisation, l’industrie (centrale électrique de Blénod, fonderie Saint-Gobain) et les nombreux étangs laissés par les gravières

La Moselle, un cours d’eau aménagé et canalisé présentant des paysages majestueux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le canal latéral à la Moselle – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

le canal de la Moselle (à gauche) et la Moselle (à droite). Les cheminées de la centrale électrique de Blénod marquent l’horizon - Dieulouard

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Cheminement en bord de Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le canal latéral à la Moselle – Pagny-sur-Moselle

Des infrastructures concentrées dans le fond de vallée

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Infrastructures ferroviaires encombrant le fond de vallée – Pagny-sur-Moselle

Un fond de vallée fortement marqué par l’exploitation des gravières   donnant naissance à des étangs

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le fond de vallée est très marqué par l’exploitation des gravières qui dessine une multitude de trous d’eau consommant les prairies – Vallée de la Moselle à l’amont de Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Après exploitation, les gravières sont le plus souvent transformées en étangs utilisés comme espace de loisirs (pêche) - Belleville

Des activités industrielles créatrice de paysages spectaculaires avec des constructions souvent monumentales

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Enchevêtrement métallique puissant et spectaculaire, la célèbre fonderie Saint-Gobain marque fortement le paysage de la vallée – Blénod-lès-Pont-à-Mousson

Des paysages précieux de campagne sur les coteaux et dans les petits vallons latéraux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La vallée offre des contrastes saisissants : un troupeau sur les pentes de la butte de Mousson et la centrale électrique de Blénod à l’horizon

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage épargné de l’urbanisation et très agricole dans le vallon du Trey – Villers-sous-Prény

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village compact en fond de vallon et occupation complexe et riche du coteau par des prés-vergers – Villers-sous-Prény

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village niché dans un petit vallon sur le versant ouest de la vallée - Marbache

 Fonctionnalités écologiques et patrimonialité

Cette unité paysagère, incluse en partie dans le périmètre du Parc naturel régional de Lorraine, se caractérise par la vallée de la Moselle cadrée de hauts coteaux couronnés de boisements. La continuité aquatique se dessine entre la Meurthe qui rejoint la Moselle après le port de Frouard et le ruisseau de la Natagne qui rejoint la Moselle par le canal de l’Obrion. Le fond plat et étroit de la vallée enchaîne des séquences naturelles et anthropisées par l’urbanisation, l’industrie, l’exploitation de gravières   et par les infrastructures ferroviaires et routières (dont l’A31 reliant Nancy à Metz), entraînant une fragmentation   des habitats naturels.

Au Sud, la Moselle et la Meurthe sont à moins de 500 mètres des espaces forestiers du plateau de Haye composés d’hêtraies ou de chênaies-charmaies. A partir de Belleville, les espaces forestiers sont plus éloignés et laissent place aux prairies et zones humides, qui représentent une continuité écologique Nord/Sud sur les bords de la Moselle. Une partie des prairies de bord de Moselle et l’étang Pré du taureau font partie d’un arrêté de protection de biotope. Il s’agit d’une prairie alluviale sèche à caractère thermophile qui comporte deux espèces protégées au niveau régional : la Spirée filipendule et le Petit pygamon.

Vers Norroy-les-Pont-à-Mousson et Pagny-sur-Moselle (au Nord de l’unité paysagère), un ensemble de plans d’eau, de friches, de prés humides et de formations boisées de milieux humides sur d’anciennes gravières   d’une boucle de la Moselle constituent une mosaïque d’habitats favorables aux oiseaux pour la nidification, l’hivernage et les passages migratoires (Rousserolle verderolle, Martin pêcheur, Locustelle tâchetée, Grèbe huppée), ainsi que pour les chiroptères (Murin de Natterer, Pipistrelle de Nathusius, Murin à moustaches).

 Analyse critique, identification de points forts et de points faibles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54
© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

légende de la carte d'analyse critique

Atouts :

Les coteaux cultivés et boisés : un cadre précieux et essentiel pour l’urbanisation

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage de coteaux composés (cultures, prés-vergers, boisements) valorisant une coupure d’urbanisation entre Vittonville et Arry, sur la rive droite de la Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Pré-verger sur les coteaux de la vallée – Bezaumont

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Certaines portions de coteaux sont très boisées – Marbache

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage de coteau soigné : prés entourés de haies, couronne boisée – Autreville-sur-Moselle

Les séquences rurales et les fonds de vallées préservés : des paysages rares constituant des espaces de respiration entre les zones urbanisées et participant à la qualité du cadre de vie des habitants (prairies, zones humides et structures végétales  )

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Ambiance rurale préservée sur le coteau de la butte de Mousson : chemin, vergers, prairies – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Coteau cultivé couronné de boisements et présentant des paysages agricoles un peu simplifiés suite à la suppression des structures végétales – Autreville-sur-Moselle

La Moselle et les canaux : des lieux attractifs à mettre en valeur, offrant potentiellement des itinéraires de promenade de qualité avec les corridors écologiques constitués

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La Moselle, un paysage ample mettant en valeur le front bâti – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les quais de la Moselle, un potentiel remarquable de mise en valeur du cadre de vie, encore peu aménagés – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Cheminement le long du canal latéral à la Moselle – Pagny-sur-Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Petit port de plaisance sur la Meurthe canalisée - Champigneulles

Le patrimoine architectural et urbain (Pont-à-Mousson, Dieulouard, Pont-Saint-Vincent,…)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La Place Duroc, place triangulaire bordée de maisons à arcades des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, une belle composition urbaine – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le château de Dieulouard

Les points de vue depuis les coteaux : des lieux permettant la découverte de paysages panoramiques

Les pelouses calcaires : des milieux « naturels » rares et recélant une grande richesse écologique mais fragiles suite à l’abandon des pratiques pastorales (enfrichement et boisements progressifs)

Fragilités :

La disparition des prairies et la consommation des fonds de vallée par les gravières  

Le manque d’aménagement des berges de la Moselle pour les circulations douces : inaccessibilité, enfrichement, activités industrielles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Friche industrielle en bord de Moselle dévalorisant le paysage depuis les berges

La fragilisation du paysage des coteaux par les extensions urbaines, l’intensification des pratiques agricoles ou l’enfrichement

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Fragilisation d’une séquence rurale de coteau par l’implantation d’un bâtiment d’activité le long de la route qui cache les pentes agricoles – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage agricole simplifié et replantation de haies – Villers-sous-Prény

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Friches gagnant le coteau – Pagny-sur-Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Implantation très visible de bâtiments d’activités commerciales à flanc de coteau fragilisant le cadre boisé de la vallée : création de talus, publicités et enseignes, bâtiments massifs – Frouard

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Fragilisation du paysage de coteau constituant le cadre « naturel » de l’urbanisation dans la vallée – Bouxières-aux-Dames

Le morcellement du fond de vallée par la multiplication des infrastructures et des zones d’activités, fragmentant les milieux naturels

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Passage de la ligne de TGV Est dans la vallée de la Moselle barrant le fond de vallée– Vandières

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Bâtiment d’activité installé le long de la route D952 et fragilisant la coupure d’urbanisation entre Vandières et Pagny-sur-Moselle

La dégradation des paysages de l’eau par des ouvrages hydrauliques techniques qui n’intègrent pas toujours des ambitions paysagères et architecturales

La dégradation des entrées et des traversées de villes par des phénomènes d’urbanisation linéaire et un manque d’aménagement des centres anciens

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage d’entrée de ville dévalorisé par l’urbanisation linéaire le long de la route RD120 – Pont-à-Mousson

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Image peu valorisante de la traversée de ville : espaces publics trop minéralisés et encombrés par les voitures, réseaux aériens - Pagny-sur-Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Traversée de ville à valoriser – Neuves-Maisons

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Traversée présentant une image dégradée : réseaux aériens, bas-côtés non aménagés - Dieulouard

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Aménagement soigné d’une entrée de ville : alignement d’arbres, circulation douce – Arnaville

La simplification des paysages forestiers et de la biodiversité   en « zone rouge   » par des plantations monospécifiques de résineux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage artificialisé par les grands reboisements en résineux en « zone rouge » effectués après la Première Guerre mondiale afin de reconstituer les forêts dévastées ou d’occuper les terres ne pouvant plus être cultivées - Villers-sous-Prény