Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

4 - Le plateau de Haye
Enregistrer au format PDF

un plateau agro-sylvicole, allongé et morcelé

• Communes concernées par cette unité de paysage

    AINGERAY ALLAIN ARNAVILLE AVRAINVILLE BAINVILLE-SUR-MADON BARISEY-AU-PLAIN BATTIGNY BAYONVILLE-SUR-MAD BELLEVILLE BERNECOURT BICQUELEY BLENOD-LES-PONT-A-MOUSSON BOUILLONVILLE CHALIGNY CHAMPIGNEULLES CHAREY CHAUDENEY-SUR-MOSELLE CHAVIGNY COLOMBEY-LES-BELLES CREPEY CREZILLES DIEULOUARD DOLCOURT DOMEVRE-EN-HAYE DOMMARTIN-LES-TOUL ESSEY-ET-MAIZERAIS EUVEZIN FAVIERES FECOCOURT FEY-EN-HAYE FLIREY FONTENOY-SUR-MOSELLE FROUARD GEMONVILLE GERMINY GEZONCOURT GONDREVILLE GRISCOURT JAILLON JAULNY JEZAINVILLE LAXOU LIMEY-REMENAUVILLE LIRONVILLE LIVERDUN LIVERDUN MAIZIERES MAMEY MANONCOURT-EN-WOEVRE MANONVILLE MARBACHE MARON MARTHEMONT MARTINCOURT MAXEVILLE MONTAUVILLE MOUTROT NEUVES-MAISONS NORROY-LES-PONT-A-MOUSSON NOVIANT-AUX-PRES OCHEY ONVILLE PAGNY-SUR-MOSELLE PANNES PIERRE-LA-TREICHE POMPEY PONT-A-MOUSSON PONT-SAINT-VINCENT PRENY REMBERCOURT-SUR-MAD ROGEVILLE ROSIERES-EN-HAYE SAINT-BAUSSANT SAINT-JULIEN-LES-GORZE SAIZERAIS SAULXEROTTE SEICHEPREY SELAINCOURT SEXEY-AUX-FORGES SEXEY-LES-BOIS THIAUCOURT-REGNIEVILLE THIAUCOURT-REGNIEVILLE THUILLEY-AUX-GROSEILLES TRAMONT-EMY TRAMONT-LASSUS TRAMONT-SAINT-ANDRE TREMBLECOURT VANDELAINVILLE VANDELEVILLE VANDIERES VANDOEUVRE-LES-NANCY VELAINE-EN-HAYE VIEVILLE-EN-HAYE VILCEY-SUR-TREY VILLECEY-SUR-MAD VILLERS-EN-HAYE VILLERS-LES-NANCY VILLERS-SOUS-PRENY VILLEY-LE-SEC VILLEY-SAINT-ETIENNE VITERNE WAVILLE XAMMES

• Inter-communalités concernées par cette unité de paysage

    CC DE HAZELLE
    CC DE MOSELLE ET MADON
    CC DES 3 VALLEES
    CC DES COTES EN HAYE
    CC DES VAL DE LA MOSELLE ET DE L’ESCH
    CC DU BASSIN DE POMPEY
    CC DU MAD A L’YRON
    CC DU MASSIF DE HAYE
    CC DU PAYS DE COLOMBEY ET DU SUD TOULOIS
    CC DU PAYS DE PONT-A-MOUSSON
    CC DU TOULOIS
    COMMUNAUTE URBAINE DU GRAND NANCY


 Cliquez sur la carte pour la visualiser en pleine résolution.

22.1 Mo - 3197 x 8511 pixels



 Situation

Le vaste plateau calcaire constitué par le revers des Côtes de Moselle s’allonge du nord au sud sur toute la longueur du département. Il comprend le Pays-Haut, au nord (voir l’unité de paysage n°2), et le plateau de Haye, au sud. Ces deux unités de paysage sont séparées par la vallée du Rupt-de-Mad. L’unité de paysage du plateau de Haye est limitée à l’est par le front des Côtes de Moselle et à l’ouest par la plaine de la Woëvre. Contrairement au Pays-Haut, largement ouvert, le plateau de Haye apparaît plutôt boisé, son nom faisant directement référence à cette caractéristique (il dériverait du mot germanique « hag » ou « haia » qui signifie forêt). Les espaces agricoles se concentrent sous forme de clairières taillées dans les forêts de hêtres. Les cours d’eau qui ont creusé les calcaires du Bajocien (Rupt-de-Mad, Esch, Moselle), dessinent des vallées encaissées, aux ambiances intimes, étonnamment déconnectées du plateau. Ces vallées présentent des paysages patrimoniaux remarquables qui font l’objet d’une sous-unité de paysage : « Les vallées encaissées du plateau de Haye », et d’une unité de paysage : « Les Boucles de la Moselle ». Quelques villages se sont installés au centre des clairières cultivées tels que Saizerais, Velaine-en-Haye, Rosières-en-Haye, Viéville-en-Haye, … Ainsi morcelée par les vallées qui découpent le plateau, l’unité de paysage s’allonge ainsi sur 65 km de long pour 10 à 15 km de large environ.

« Mais quand il se retournait et qu’il contemplait la plaine étalée devant lui, son âme était chaque fois traversée d’étonnement. Un pays nouveau se révélait là, brusquement, comme si on avait ouvert une porte. C’était grand et beau, d’une beauté qui vous serrait le cœur. La plaine s’étendait à perte de vue, jusque vers Allain et Colombey, déroulant l’ondulation des terres argileuses. La flèche d’un clocher, montant d’un pli du sol, révélait la place des villages blottis au creux de la plaine. Des routes fuyaient à l’horizon, alignant leurs rangées de peupliers, dont les cimes s’enfonçait parfois dans les vallons. Et dans toute cette étendue, on ne voyait que la fuite des labours profonds, des sillons de terre brune et par endroits des friches couvertes d’une herbe jaunâtre. »
Emile Moselly, Terres lorraines (1907)

+ -

Le plateau de Haye, forêts et défrichement

Les paysages actuels du plateau de Haye reflètent la position à l’écart des axes de développement de ce territoire, situé entre le couloir mosellan (qui concentre dès l’époque gallo-romaine l’essentiel de l’occupation humaine : agriculture, viticulture et commerce), et l’évêché de Toul (qui occupe une position centrale dans la province du sud de la Lorraine). Le plateau de Haye reste ainsi peu exploité et couvert de forêts. Au Moyen-Age, une vague de défrichement ouvre de grandes clairières sur le plateau afin de développer la polyculture. Parallèlement, les forêts connaissent une phase d’exploitation, le bois servant à alimenter les industries de la vallée : faïenceries, tuileries et artisanat du fer. Dès le XVIe siècle, les ducs de Lorraine réglementent l’exploitation du bois afin de préserver les chasses et de garantir la pérennité de la ressource en bois : c’est la naissance de la grande forêt de Haye. Jusqu’au XIXe siècle, les besoins en bois des manufactures généralisent le taillis-sous-futaie. Puis, à partir de la moitié du XIXe siècle, le coke remplace le bois dans les hauts-fourneaux ; la futaie est alors privilégiée afin de constituer des réserves en bois d’œuvre. Au XXe siècle, la Première Guerre mondiale laisse des séquelles dans les paysages avec la constitution de boisements de résineux sur les « zones rouges » dévastées par les conflits et la destruction de villages entiers : Régniéville, Remenauville, Fey-en-Haye. Plus récemment, la tempête du 26 décembre 1999 a fortement touché la forêt, marquant aujourd’hui encore les paysages.

 Caractéristiques paysagères illustrées

Un relief de plateau entaillé de profondes vallées

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le château de Pierrefort surplombe la vallée de l’Esch qui entaille le plateau de Haye - Manonville

Une rupture forte entre paysages des plateaux ouverts offrant des horizons lointains, et paysages des vallées intimes cadrées de coteaux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage agricole tiré à l'horizontale sur le plateau – Aingeray

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Une clairière agricole sur le plateau offrant un panorama sur les horizons des Côtes de Meuse – Colombey-les-Belles


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage ouvert sur le plateau offrant un large panorama sur la Woëvre et les horizons boisés des Côtes de Meuse – Villey-le-Sec

Un plateau couvert de vastes massifs forestiers et de « clairières » agricoles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Traversée de massifs boisés créant un effet de 'porte' entre deux clairières agricoles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Une clairière agricole sur le plateau au-dessus de Selaincourt offrant un panorama sur le Saintois

Des paysages agricoles de grandes cultures sur le plateau, par endroits simplifiés

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage simplifié par des grandes cultures sur le plateau : grandes parcelles de céréales, structures végétales rares - Limey-Remenauville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Parcelles de colza sur le plateau – Flirey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage très ouvert de grandes cultures avec les horizons boisés de la forêt de Haye au loin – Sexey-les-Bois

Un habitat groupé en villages compacts installés au milieu des clairières agricoles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La silhouette du village anime les paysages horizontaux du plateau - Limey-Remenauville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Dans le village-rue lorrain, les constructions sont alignées de part et d'autre d'une rue principale élargie d'usoirs qui servaient autrefois à entreposer les tas de fumier et le matériel agricole. Ici, les usoirs sont plantés et l'architecture est caractéristique de la reconstruction : linteaux métalliques des portes de granges, constructions alignées mais non jointives, ...) - Limey-Remenauville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village-rue lorrain : maisons jointives, usoirs – Flirey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le village enveloppé dans sa ceinture végétale de prés-vergers est installé au milieu d’une clairière agricole entourée par le massif boisé de la forêt de Haye – Velaine-en-Haye

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Composition caractéristique d'un paysage du plateau de Haye

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Des sites bâtis précisément positionnés et organisés dans leurs finage : un village du plateau de Haye installé au centre d’une clairière agricole

La Forêt de Haye : une forêt aux usages périurbains de loisirs au droit de Nancy

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La forêt de Haye – Ludres

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Chemin de promenade sur le rebord du plateau de Haye (Dieulouard)

Des paysages qui gardent témoignage des guerres : villages détruits, ’zone rouge  ’ forestière

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le village de Remenauville entièrement détruit durant la Première Guerre mondiale - Limey-Remenauville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les forêts de résineux (pins et épicéas) sont les traces de la Première Guerre mondiale. Elles ont été plantées sur les terrains bouleversés (« zone rouge ») par les combats de 1914-1918 entre Thiaucourt et Dieulouard.

Une pression urbaine importante due à la proximité de Nancy et à la présence d’infrastructures routières majeures telles que l’A33 et l’A31

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Quartier en construction dans l’espace agricole – Velaine-en-Haye

 Fonctionnalités écologiques et patrimonialité

Cette unité paysagère, comprise dans le périmètre du Parc naturel régional de Lorraine, se caractérise par sa surface boisée, entrecoupée d’espaces agricoles. Les boisements forment une continuité Nord/Sud sur les plateaux, entaillés à deux endroits par les boucles de la Moselle orientées Est/Ouest. Ce corridor forestier est fragmenté par les voies de chemin de fer, par la LGV-Est et par l’A31, représentant un trafic routier très important. La partie Sud (vers Colombey-les-Belles) plus boisée et moins fragmentée est plus fonctionnelle. Dans la partie Nord, les boisement sont plus découpés et subissent de fortes pressions foncières.

Les massifs forestiers abritent des écosystèmes particuliers : les vallons froids. Ils se cantonnent dans les entailles profondes des Côtes de Moselle et proches de la Moselle ou de la Meurthe, où les conditions climatiques sont plus sévères. Les plus remarquables sont le site du vallon d’Arrot (APB, Natura 2000 et ENS), le vallon de Bellefontaine (ENS et ZNIEFF1) et le fond de Monvaux (Natura 2000, ENS et ZNIEFF1). Ces sites accueillent des plantes à floraison printanière remarquables telles que la Gagée jaune ou la Nivéole printanière, ainsi que des espèces montagnardes comme l’Aconit tue-loup. Le vallon de Bellefontaine, à cheval avec l’unité paysagère de Nancy et sa couronne, est par exemple constitué d’une mosaïque de milieux (ruisseau rejoignant la Meurthe, deux étangs, zones humides, prairies, pelouses calcaires, boisement), abritant une nature riche et diversifiée étroitement liée à l’eau, dont la Mouche scorpion, la Gagée jaune et l’une des plus grandes populations d’amphibiens du département.

 Analyse critique, identification de points forts et de points faibles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54
© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Atouts :

Les forêts : un intérêt écologique, des usages de productions (bois) et de loisirs, un contraste fort avec les clairières agricoles animant le paysage  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Taillis de charmes sous futaie de hêtres - Bois de Selaincourt

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Traversée forestière entre deux clairières agricoles

Les villages et leur patrimoine : un habitat groupé et compact bien lisible dans le paysage  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le château médiéval de Manonville

Les ceintures végétales de prés-vergers, jardins et prairies : une transition douce entre le village et les espaces de grandes cultures

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Prés-vergers enveloppant le village et créant un paysage accueillant et confortable en transition avec les grandes cultures - Sexey-les-Bois

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Alignements d’arbres valorisant l’entrée du village - Flirey

Les points de vue : des panoramas remarquables sur les vallées et la Woëvre

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Ouverture visuelle sur la Woëvre et les Côtes de Meuse boisées à l'ouest - Vue depuis la RD28

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Panorama sur la Woëvre et les buttes-témoins autour de Toul – Vue depuis le fort de Villey-le-Sec

Fragilités :

La fragilisation et le morcellement du massif forestier par les infrastructures routières (A33 et A31 notamment) et par de fortes pressions urbaines (habitats et zones d’activités), entraînant des ruptures de continuité écologique

Des phénomènes d’étalement urbain dus à la proximité de Nancy, empiétant sur les espaces agricoles et naturels

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Lotissement en cours de construction sur le plateau agricole - Velaine-en-Haye

La consommation des ceintures vertes des villages par les extensions d’urbanisation non maîtrisées et l’installation de bâtiments agricoles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La modernisation de l’activité agricole contraint les exploitations à sortir des centres anciens. La construction de hangars agricoles en limite du village, sans accompagnement végétal pour dévaloriser l’image du village - Lironville

La simplification des paysages agricoles suite à l’intensification des pratiques agricoles et à la suppression de structures végétales  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage agricole simplifié sur le plateau : grandes parcelles de céréales, absence de structure végétale – Flirey

La simplification des paysages forestiers et de la biodiversité   en « zone rouge   » par des plantations monospécifiques de résineux

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage artificialisé par les plantations régulières de résineux en « zone rouge » - Villers-sous-Prény

Le vieillissement de centres de villages : espaces publics non valorisés, ruines, …

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Rue de Sexey-les-Bois : usoirs minéralisés, pas de plantation, réseaux aériens, ...