Vivre les paysages de Meurthe-&-Moselle

Meurthe-et-Moselle CG
mascotte atlas

10 - Le Saintois
Enregistrer au format PDF

Un territoire rural aux buttes-témoins emblématiques, adossé aux Côtes de Moselle

• Communes concernées par cette unité de paysage

    ABONCOURT AFFRACOURT AUTREY BAINVILLE-AUX-MIROIRS BAINVILLE-SUR-MADON BATTIGNY BENNEY BEUVEZIN BOUZANVILLE BRALLEVILLE CEINTREY CHAOUILLEY CLEREY-SUR-BRENON COURCELLES CRANTENOY CREPEY CREVECHAMPS DIARVILLE DOLCOURT DOMMARIE-EULMONT ETREVAL FAVIERES FECOCOURT FLAVIGNY-SUR-MOSELLE FORCELLES-SAINT-GORGON FORCELLES-SOUS-GUGNEY FRAISNES-EN-SAINTOIS FROLOIS GELAUCOURT GERBECOURT-ET-HAPLEMONT GERMINY GERMONVILLE GOVILLER GRIMONVILLER GRIPPORT GUGNEY HAMMEVILLE HAROUE HOUDELMONT HOUDREVILLE HOUSSEVILLE JEVONCOURT LALOEUF LANEUVEVILLE-DEVANT-BAYON LEBEUVILLE LEMAINVILLE LEMENIL-MITRY MAIZIERES MANGONVILLE MARTHEMONT MEREVILLE NEUVILLER-SUR-MOSELLE OGNEVILLE OMELMONT ORMES-ET-VILLE PAREY-SAINT-CESAIRE PIERREVILLE PRAYE PULLIGNY PULNEY QUEVILLONCOURT SAINT-FIRMIN SAINT-REMIMONT SAULXEROTTE SAXON-SION SELAINCOURT TANTONVILLE THELOD THEY-SOUS-VAUDEMONT THOREY-LYAUTEY THUILLEY-AUX-GROSEILLES TRAMONT-EMY TRAMONT-LASSUS TRAMONT-SAINT-ANDRE VANDELEVILLE VAUDEMONT VAUDEVILLE VAUDIGNY VEZELISE VITERNE VITREY VOINEMONT VRONCOURT XEUILLEY XIROCOURT

• Inter-communalités concernées par cette unité de paysage

    CC DE LA PIPISTRELLE
    CC DE MOSELLE ET MADON
    CC DU BAYONNAIS
    CC DU MIRABEE
    CC DU PAYS DE COLOMBEY ET DU SUD TOULOIS
    CC DU SAINTOIS
    CC DU SAINTOIS AU VERMOIS

Cliquez sur la carte pour la visualiser en pleine résolution.

10.7 Mo - x pixels

 Situation

En Meurthe-et-Moselle, le Saintois forme une unité de paysage d’environ 25 km de diamètre, entre les Côtes de Moselle et la vallée de la Moselle. Il se prolonge au sud dans le département voisin des Vosges sur une dizaine de kilomètres (prenant alors l’appellation de Xaintois). Il s’agit d’une plaine agricole doucement vallonnée, constituée par les marnes irisées et les calcaires du jurassique inférieur, délimitée par les Côtes de Moselle à l’ouest et la vallée de la Moselle à l’est. Elle présente des reliefs amples et peu marqués offrant de grandes ouvertures visuelles, occupés de vergers, prairies, champs cultivés et petits boisements. Les cours d’eau du Madon et du Brénon y ont incisé des vallées relativement étroites et encaissées. Les reliefs puissants des Côtes de Moselle marquent nettement la limite ouest de la plaine, s’animant de buttes-témoins remarquables qui se détachent du front de côte : Sion-Vaudémont, Pulney, Anon, … Le maillage des villages est relativement dense. La plupart des bourgs ne comptent pas plus de 300 habitants ; seuls Vézelise, Pulligny et Bainville-sur-Madon dépassent les 1000 habitants. La route RN57, qui borde le Saintois à l’est, facilite la desserte de ce territoire encore rural, le plaçant à quelques minutes seulement de Nancy.

Un panorama sur le Saintois depuis la colline de Sion :« Si vous portez au loin votre regard, vous distinguez et dénombrez les ballons des Vosges et de l’Alsace ; si vous le ramenez plus près sur la vaste plaine, elle vous étonne et, selon mon goût, vous charme par ses superbes plissements, par de longs mouvements de terrains pareils à des dunes. C’est un pays sans eau en apparence, mais où l’eau sourd et circule invisible. Des prairies qui s’égouttent un ruisselet se forme et se débrouille vivement dans les rides enchevêtrées du terrain. Au fond de ravins sinueux, la Madon, l’Uvry, le Brenon développent en secret les beautés les plus touchantes, cependant qu’ils rafraîchissent une multitude de champs bombés et diversement colorés, des pâturages, des vignobles clairs, des blés dorés, de petits bois, des labours bruns où les raies de la charrue font un grave décor, des villages ramassés, parfois un cimetière aux tombes blanches sous les verts peupliers élancés. Sur le tout, sur cet ensemble où il n’est rien que d’éternel, règne un grand ciel voilé. […]  »Maurice Barrès, La colline inspirée (1913).

+ -

Le Saintois, creuset historique de la Lorraine

Lors de son rattachement au Duché de Lorraine en 1473, le comté de Vaudémont, actuel Saintois, est déjà considéré comme un grenier à blé pour la Lorraine : « Quand le Xaintois et le Vermois sont emblavés, la Lorraine ne risque point de mourir de faim ». Cette vocation agricole se renforce au cours du Moyen-Age, puis au XVIIIe et XIXe siècles où le Saintois confirme son orientation agricole dans une région en plein développement industriel.

 Caractéristiques paysagères illustrées

Une plaine ondulée ouvrant de larges horizons et entaillée de petites vallées étroites et relativement encaissées

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La vallée du Brénon creusant la plaine du Saintois – Vue depuis Autrey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Vastes étendues ondulées de la plaine agricole - Praye

Les Côtes de Moselle et ses buttes-témoins : des reliefs festonnés créant des sites remarquables et des repères dans le paysage  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La plaine du Saintois est dominée par les reliefs festonnés des Côtes de Moselle à l’ouest (sur la droite)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les reliefs découpés des Côtes de Moselle dessinent des sites particuliers et remarquables tel que le vallon de Viterne – Viterne

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Horizons animés par les reliefs des buttes-témoins et des Côtes de Moselle

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La colline de Sion-Vaudémont

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La côte d’Eulmont

Le site emblématique de la colline de Sion-Vaudémont :

  • un haut-lieu de mémoire de Lorraine, occupé depuis plus de 4000 ans comme en attestent les fouilles archéologiques : la situation en promontoire de la colline lui a conféré un rôle stratégique dès la Préhistoire ; les Gaulois y honoraient Rosmertha, déesse de la fécondité, les Romains y ont édifié un temple dédié à Mercure ; aujourd’hui encore, un pèlerinage à la Vierge Marie y attire de nombreux fidèles ;
  • un site symbolique de l’identité lorraine, devenu lieu de célébration patriotique après la perte de l’Alsace-Lorraine en 1871 ; l’écrivain Maurice Barrès la qualifiera plus tard de « Sainte colline nationale », y vouant un culte des provinces perdues.

«  La Lorraine possède un de ces lieux inspirés. C’est la colline de Sion-Vaudémont, faible éminence sur une terre la plus usée de France, sorte d’autel dressé au milieu du plateau qui va des falaises champenoises jusqu’à la chaîne des Vosges. Elle porte sur l’une de ses pointes le clocher d’un pèlerinage à Marie, et sur l’autre la dernière tour du château d’où s’est envolé jusqu’à Vienne l’alérion des Lorraine-Habsbourg. Dans tous nos cantons, dès que le terrain s’élève, le regard découvre avec saisissement la belle forme immobile, soit toute nette, soit voilée de pluie, de cette colline posée sur notre vaste plateau comme une table de nos lois non écrites, comme un appel à la fidélité lorraine. Et sa présence inattendue jette dans un paysage agricole, sur une terre toute livrée aux menus soins de la vie pratique, un soudain soulèvement de mystère et de solitaire fierté. C’est un promontoire qui s’élève au milieu d’un océan de prosaïsme. C’est comme un lambeau laissé sur notre sol par la plus vieille Lorraine.  »Maurice Barrès, La colline inspirée (1913)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Visible de loin, la colline de Sion-Vaudémont fédère les paysages du Saintois – Vue depuis le RD913, Ceintrey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La silhouette de la colline de Sion-Vaudémont domine le plateau agricole du Saintois

Les vallées, notamment du Madon et du Brénon : des paysages en « creux » abritant prairies, structures végétales   et de nombreux villages et bourgs

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les fonds de vallée offrent une diversité paysagère intéressante : prairies, ripisylve, cours d’eau – Berges de l’Uvry, Vitrey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage verdoyant et soigné dans la vallée du Madon : un fond plat cadré par des coteaux jardinés couverts de prairies, prés-vergers et boisements - Pierreville

Une présence importante des vergers animant les paysages ; un renouveau de l’arboriculture visible avec des vergers de production plus denses et réguliers (arbres basses-tiges, pas de pâturages)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Prés-vergers sur un coteau – Thorey-Lyautey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les nouveaux vergers plantés pour la production de mirabelles ou de cerises produisent des paysages différents des vergers traditionnels qui entourent les villages

Un habitat groupé en villages compacts installés en pied de coteau, dans les vallées ou sur la plaine

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les villages sont riches en patrimoine rural : usoirs, nombreuses portes de granges en plein cintre – Germiny

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Vézelise niché dans la vallée du Brénon : un site bâti bien lisible au creux de coteaux boisés

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village installé sur le rebord de plateau en surplomb de la vallée du Brénon – Houdreville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village accroché en pied de coteau, entre le front de côte boisé et la plaine – Battigny

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le site de Favières, village implanté au pied des Côtes de Moselle : la plaine est couverte de prairies et de cultures (colza) tandis que les coteaux mêlent prairies et boisements – Favières


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village-rue, une composition rurale clairement lisible issue de pratiques collectives bien définies - Frolois

Des paysages ruraux de polycultures animés par les structures végétales   (nombreux petits boisements, saules têtards, ripisylve  , lignes de fruitiers, …)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Saules taillés en têtards soulignant élégamment le fond d’un vallon – Ormes-et-Ville

 Fonctionnalités écologiques et patrimonialité

Dans cette unité, les milieux naturels sont surtout représentés par les vallées du Madon et du Brénon ainsi que par les pelouses, vergers et milieux forestiers au Sud-Ouest de l’unité paysagère.

La mosaïque d’habitats que comportent les vallées encaissées du Madon et du Brénon est fondamentale pour la biodiversité  . La rivière du Brénon, allant du Sud-Ouest vers le Nord-Est, s’écoule dans le Madon, affluent de la Moselle, représentant ainsi une continuité hydraulique importante pour les poissons, notamment ceux d’intérêt communautaire tels que la Bouvière, la Loche de rivière et le Chabot. Les rives boisées représentent des habitats notamment pour les insectes et le castor d’Europe avec ses saulaies, mais également un corridor écologique   pour les oiseaux et les chiroptères, tels que le Grand rhinolophe, le Petit rhinolophe, le Grand murin ou le Vespertilion à oreilles échancrées. En bord de cours d’eau, les fossés hygrophiles conditionnent la distribution des Odonates, dont la Cordulie à corps fin. Les prairies associées à ces rivières sont plus ou moins humides et comportent par exemple la colchique d’automne. Les petites mares accueillent des amphibiens, dont le Triton crêté et le Sonneur à ventre jaune, deux espèces d’intérêt communautaire. Sur le plateau de Sainte-Barbe, dominant la vallée du Madon, une pelouse calcaire d’intérêt est à noter, même si une partie a été convertie en carrière, puisqu’elle accueille une petite population d’une orchidée protégée en Lorraine que l’on ne retrouve pas sur les autres pelouses du secteur, l’Orchis brûlée.

La plaine du Saintois représente un axe migratoire important pour les oiseaux. Sur cet axe se trouve la colline de Sion qui s’étire du Sud-Ouest vers le Nord-Est, ensemble remarquable comprenant des pelouses, des vergers et des forêts. Son relief prononcé et la présence d’une bande forestière et de pelouses sur toute sa longueur attirent un grand nombre d’oiseaux en migration qui viennent s’abriter des vents (passereaux) ou profiter des ascensions thermiques (rapaces) pour continuer leur périple. Les nombreux vergers traditionnels « hautes-tiges » et les alignements de vieux arbres accueillent également une avifaune typique de ces milieux et rares ailleurs en Lorraine. Les deux oiseaux les plus emblématiques sont la pie-grièche à tête rousse et la huppe fasciée mais on trouve également la Pie-grièche écorcheur. La colline de Sion est également très connue pour les gîtes de nurserie de plusieurs espèces de chiroptères (Zone Natura 2000), et principalement pour le Petit rhinolophe. En effet, la Lorraine est aujourd’hui considérée comme le dernier espace de l’ouest de l’Europe centrale où le Petit rhinolophe est encore solidement implanté avec des colonies vigoureuses. La population autour de la Colline de Sion-Vaudémont joue de ce fait un rôle à l’échelle européenne pour la conservation de cette espèce.

Outre le vaste panorama qu’offre la colline de Sion, la mosaïque de milieux à ses alentours, qu’ils soient agricoles (polycultures, prairies), aquatiques (ruisseaux) ou arborés (ripisylves, vergers et autres structures végétales  ), est nécessaire pour le déplacement et comme territoire de chasse des chiroptères. La protection de ces éléments paysagers qui jouent les rôles de réservoirs de nourriture et de repère pour les déplacements des chiroptères est esentielle.

 Analyse critique, identification de points forts et de points faibles

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

carte d'analyse critique

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

légende de la carte d'analyse critique

Atouts :

Les buttes-témoins, notamment la colline de Sion-Vaudémont : intérêt historique et écologique (pelouses calcaires), présence de vastes panoramas, attractivité touristique et religieuse, mais aussi paysages de coteaux et de pentes de grande valeur, projet phare du Conseil Général en matière de paysage et de biodiversité  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

La colline de Sion-Vaudémont, un lieu de pèlerinage

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Panorama sur le Saintois depuis le sommet de la colline de Sion-Vaudémont

Les vallées : facteur de diversification des paysages (prairies, ripisylves, zones humides) et corridor écologique   pour de nombreuses espèces dont les chiroptères

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Prairies, saules, coteaux boisés dans la vallée du Brénon - Houdreville

Les villages et bourgs : un patrimoine construit riche et diversifié

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Petit patrimoine valorisant l’entrée du village : muret, lavoir – Viterne


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village-rue mis en valeur par un pré-verger – Vitrey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Lavoir – Viterne


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Fontaine-lavoir - Vitrey


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les halles de bois datant du XVIème siècle de Vézelise

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Le château d’Haroué dans la vallée du Madon

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Espaces publics soignés dans le village de Vaudémont

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Façade de ferme traditionnelle récemment restaurée – Vaudémont


© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Fontaine-lavoir - Saulxerotte

Les coteaux : de précieux paysages jardinés et composés : villages installés en pied de coteau, de ceinture de prés-vergers, prairies, couronne boisées, …

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les coteaux, de véritables jardins autour des villages – Bainville-sur-Madon

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Pré-verger sur le coteau – Bainville-sur-Madon

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Bel exemple de maison traditionnelle lorraine présentant une porte de grange en plein cintre – Viterne

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les horizons des coteaux valorisent les vues depuis les rues dans les villages - Viterne

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Elégant paysage de coteau : prairies, structures végétales, forêts – Battigny

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Paysage soigné de coteau avec ses prairies entourées de haies et sa couronne boisée - Favières

Les ceintures vertes de prés-vergers, jardins et prairies : un paysage jardiné aux abords des villages, formant une transition douce avec les espaces de grandes cultures

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Ceinture verte participant à la mise en valeur de la silhouette du village depuis l’espace agricole - Ceintrey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village-rue entouré d’une ceinture de prés-vergers et de jardins – Crépey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Pré-verger pâturé aux abords du village - Hammeville

Les structures végétales   : haies, ripisylves, alignements d’arbres, arbres isolés, bois, lignes de fruitiers, animent et participent à la qualité des paysages ruraux et aux déplacements des espèces

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Ripisylve (saules) marquant le fil de l’eau et animant le paysage agricole – Maizières

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Belle route-paysage inscrite en léger surplomb par rapport au fond de vallée et mise en valeur par des alignements de frênes – RD904 vers Crépey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Alignements de mirabelliers le long d’une petite route – Tantonville

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Route mise en valeur par des alignements d’arbres

L’élevage : facteur de diversification paysagère et écologique (prairies, pâtures) et d’animation du territoire (troupeaux)

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Troupeau de moutons au pied de la colline de Sion-Vaudémont

Fragilités :

La simplification des paysages par l’intensification des pratiques agricoles, notamment dans la partie nord du Saintois : remembrement, vastes parcelles de céréales, suppression des structures végétales  

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Processus de simplification des paysages des coteaux avec des grandes parcelles de prairies et peu de structures végétales – Crépey

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Processus de simplification des paysages : grandes cultures sur le plateau, friches sur le coteau – Butte d’Anon, Goviller

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Simplification des paysages agricoles : grandes cultures et augmentation des surfaces cultivées en colza dans la plaine - Hammeville

La banalisation des villages par la pression urbaine, notamment dans la partie nord du Saintois, plus proche de l’agglomération de Nancy : extensions d’urbanisation non maîtrisées, déstructuration du tissu ancien

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Village installé en pied de côte – Bainville-sur-Madon

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Urbanisation diffuse consommatrice d’espace et peu structurée – Maizières

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Limite d’urbanisation brutale et sans transition sur le plateau agricole, suite à l’extension de la ville hors de son site de vallée – Vézelise

© Agence Folléa-Gautier Paysagistes-Urbanistes - Conseil Général 54

Les lignes électriques dévalorisant les paysages agricoles traversés – Omelmont